HISTOIRE DES ATELIERS DE QUATRE MARES

   

 

 

THÈME XI

 

Les Ateliers de Quatre Mares à l’aube du XXI° siècle

 

 

La renouvellement du parc diesel

 

La modernisation des BB 66000

 

Le renouvellement des missions

 

La réorganisation des services

 

À l'aube du 21e siècle, Quatre Mares est maintenu dans son rôle d'atelier directeur des locomotives diesels-électriques de grande puissance (2000 à 3600 chevaux). Il assure toujours le directorat, l'étude des modifications ainsi que le suivi des locomotives A1A-A1A 68500, CC 72000, CC 72100 et BB 67000.

 

Le renouvellement du parc diesel

 

Au début des années 2000, le parc des locomotives diesel de la SNCF est devenu vieillissant. Depuis 1975, date de la livraison des dernières BB 67400, aucune commande d'engins neufs n'a été engagée. Ceci malgré quelques projets qui, bien que prometteurs, furent abandonnés pour des raisons financières.

 

En effet, tout au long des années 80, des essais seront menés sur divers prototypes (BB 10003, 10004, 20011 & 12...) afin d'utiliser des moteurs triphasés (asynchrones ou synchrones) à la place des traditionnels moteurs à courant continu, onéreux en entretien.

 

En  1990, Alsthom obtiendra même de la SNCF le prêt d'une BB 66400, la 66480, afin d'expérimenter une chaîne de traction asynchrone destinée à des locomotives diesel construites pour un réseau étranger et pour d'éventuelles BB 73000 qui ne seront jamais construites.

 

Rajeunir le parc devient cependant une nécessité impérieuse. Un appel d’offres est publié dans le Journal officiel des Communautés européennes en octobre 2000. Il concerne la livraison entre 2003 et 2006 de deux catégories de locomotives :

  • 55 engins mono cabine de puissance moyenne (1200 à 1800 kW) pour les parcours de distance moyenne, avec des performances comparables à celles des BB 66000 et BB 67000.

  • 69 engins de grande puissance à deux cabines destinés à la remorque de trains longs. La puissance de ces remplaçantes des CC 72000 aurait été comprise entre 2250 et 3200 kW.

Mais la capacité de financement du projet se révèle trop faible, notamment au vu du coût prohibitif des locomotives "CoCo" (2 bogies de type "C",  avec un moteur de traction par essieu comme la CC 25000), l’appel d’offre est annulé.

 

Quelques mois plus tard, un second appel d’offres est lancé. Il repose alors sur l’idée d’un parc unique multifonction, de puissance intermédiaire (1800 kW) et proche des locomotives existantes. Ces machines exploitables en unités multiples offriraient un coût de revient moindre, car plus facilement disponibles. Les nouvelles offres sont remises en novembre 2001 et des réunions techniques ont lieu durant le printemps 2002.

 

Les BB 75000

 

En février 2004, un contrat est signé avec un consortium qui réunit "Alstom" et "Siemens". Alors que le précédent projet portait sur 124 engins, celui-ci porte sur 300 locomotives BB75000. Projet auquel s’ajoute une option de 100 machines supplémentaires selon la conjoncture. Ce qui permettrait de réduire considérablement la moyenne d’âge du parc diesel de la SNCF.

 

Ces locomotives de puissance intermédiaire (environ 2000kW) présentent une silhouette proche des BB 37000. En fait, la partie mécanique est celle des locomotives de la famille PRIMA d'Alstom (comme les BB 27000), tandis que la chaîne de traction est signée Siemens.

 

La BB 75079 dans la cour côté "Rouen"

 

C’est au cours de l’année 2006 que les premières BB 75000 commencent à circuler sur le réseau français.

 

Les BB 60000

 

Parallèlement au projet BB 75000, une seconde commande de 175 machines de puissance intermédiaire est lancée. Ces dernières sont destinées à remplacer, au moins en partie, la série des BB 63400 / BB 63500.

 

La direction de la SNCF a eu à choisir entre trois modèles : le G 1000 de Vossloh, le D 146 Trenitalia de Firema et un dérivé de l'Am 841 des CFF proposé par Alstom-Espagne. En définitive, c'est la proposition d'Alstom qui est retenue. Les BB 60000 sont commandées.

 

Bien que l'usine Alstom de Valence ait été rachetée par Vossloh en 2005, les premiers engins  sortis des chaînes en 2006  sont effectivement munis des plaques de ce constructeur, la partie management du projet reste cependant toujours pilotée par Alstom.

 

 

La BB 60005 à l'EMM Normandie

 

Les BB 60000 dérivent directement de la série 311.1 et du prototype MABI de la Renfe (société nationale d'exploitation des chemins de fer espagnols). Mais, à la différence de ces séries de base, le constructeur a souhaité remplacer le moteur MTU par un moteur Caterpillar. Elles sont équipées des systèmes RSO, VA, KVB, Daat, RST, bimode, Atess, radio de manœuvre et pré-équipement de la télécommande.

Utilisables en unités multiples, les premières BB 60000 ont été affectées à l'EMM de Normandie à Sotteville lès Rouen pour le service sur "Le Havre, Sotteville et Mantes". Certaines sont réparties sur la région parisienne. Leur affectation sur d'autres régions est assujettie à leur charge à l'essieu.

 

La modernisation des BB 66000

 

En attendant la livraison de ces nouvelles séries de locomotives prévue à partir de la fin 2006, une modernisation des BB 66000 avec pose d'un nouveau moteur Diesel est étudiée. Moins coûteuse que l'achat d'engins neufs, cette solution permet de faire une transition en douceur, d'autant plus que les nouveaux engins (BB 75000) ne sont pas destinés aux mêmes services. Les transformations ne concernent que la troisième tranche de BB 66000, livrées entre 1965 et 1968.

 

 

la 69221 avant remotorisation

 

 

Dès 2004, Quatre Mares prend en charge les réparations et la modernisation de cette série. L’objectif affiché est de s’inscrire dans la politique environnementale par la mise en place d'une nouvelle motorisation sur cette série de locomotive. Ce qui permettrait de réduire considérablement les rejets dans l’atmosphère des particules toxiques inhérentes à l’utilisation de moteurs diesels vétustes et gourmands. Un moteur diesel de nouvelle génération, fabriqué et mis au point par le motoriste allemand MTU, apporte une solution.

 

 

La mise en place de la GP d'origine sur le nouveau moteur MTU 12 V4000 R41

 

 

Afin d'éviter toute confusion avec les deux prototypes BB 69001 et 69002 qui furent radiés en 1984 (voir Thème IX), la désignation de BB 69200 est souvent préférée à celle de BB 69000, même si elle ne correspond ni aux règles de numérotation du parc appliquées depuis 1985 ni à la réalité (les numéros commencent à 69191).

 

Les BB 69000 sont utilisées conjointement aux BB 66000 (avec lesquelles elles peuvent toujours fonctionner en unités multiples) en service marchandises ou en tête de trains de travaux.

 

Les machines modernisées pour l'activité Fret reçoivent la livrée vert, blanc et gris qui existe déjà sur les 66000 classiques. Les premières unités transformées pour l'activité Infrastructure ont été peintes dans une livrée bleue similaire à celle qui est appliquée depuis la fin des années 80. Les autres reçoivent une nouvelle livrée jaune avec des motifs gris et mauve.

 

 

La livrée "Bleue" des années 80

La livrée "Verte" pour les engins "FRET"

 

La livrée "Jaune" pour les engins "INFRA"

Les BB 69000 et 69400 sont nées. Les deux sous séries se distinguant par le fait qu’une est équipée d’une génératrice principale (69000) et l’autre d’un alternateur (69400).

 

Retrouvez les photos des différentes phases de la modernisation en cliquant : ici

 

Le renouvellement des missions

 

En 2005 le directorat de l’établissement s’étend aux séries BB 66000, BB 69000, BB 66700, BB 60000 ainsi qu’à celui du moteur diesel des BB75000.

 

Ses missions principales sont alors les suivantes :

  • la révision et la réparation des locomotives diesels-électriques et d'une partie des organes qui les constituent,

  • l'écriture et l'évolution des règles de maintenance, les études techniques,

  • l'étude des modifications, le suivi des locomotives diesels et électriques,

  • le suivi de la qualité de service de ces locomotives,

  • l'approvisionnement des établissements de maintenance utilisateurs en pièces détachées,

  • la formation nationale pour les examens non destructifs (END) et la formation matière plastique sont assurées pour l'ensemble de la SNCF,

  • apport de l'expérience et du savoir-faire de l'établissement sollicités par des entreprises extérieures

................................................................

En 2006, l'établissement a remporté un appel d'offres international pour la maintenance des essieux Eurotunnel pour une durée de 3 ans. (750 essieux par an)

.....................................................

En 2007, le transfert de production de la remotorisation des Y8000, permet à l’établissement de démontrer sa capacité en matière de respect des objectifs de coûts, de délais et de qualité fixés par l'activité cliente : Le Fret.

Parallèlement, la même année est lancé un appel d'offre afin de satisfaire aux besoins de l'activité INFRA. Il porte sur la modernisation de 178 locotracteurs de la série Y7100/7400.

Pour le Technicentre de Rouen Quatre Mares, les objectifs affichés sont autant la satisfaction des besoins de l’INFRA, que de profiter de l’expérience pour en tirer les enseignements nécessaires afin de pouvoir offrir à terme une prestation intégrant conception et industrialisation. Ce qui permettrait de répondre aux sollicitations des activités mais également à des appels d’offres potentiels. A cette fin, toutes les composantes du soutien logistique et l’étude de l’industrialisation ont été intégré dès l’appel d’offre.

Les enjeux économiques sont d’une part la minimisation du coût global du cycle de vie des machines concernées (LCC) en obtenant une disponibilité et une fiabilité de haut niveau, et d’autre part de réaliser une maintenance sur site en limitant au maximum les acheminements vers des centres d’entretien.

La modernisation des 7100/400 vise à leur redonner un potentiel de vie de 20 ans. A l’amélioration du confort des utilisateurs appelé à utiliser ses engins (conducteurs et opérateurs) et à la perception de ces locotracteurs par les riverains et les clients de la SNCF (diminution du bruit et de la pollution), s’ajoute l’augmentation de la puissance du groupe propulseur permettant ainsi d’augmenter la puissance à la jante de 130 KW à 220 KW avec une possibilité d’utilisation en UM.

 

.......................................................

En 2008, l'école "Essais Non Destructifs" (END) a reçu l'agrément obligatoire pour dispenser les formations Ultrason, Ressuage et Magnétoscopie de l'Établissement Public de Sécurité Ferroviaire (EPSF), organisme indépendant.

La même année Quatre Mares devient le « Centre d'Excellence National Polyester » et voit son appellation changer. Désormais sa désignation devient «Technicentre de Rouen Quatre Mares ».

 

 

 

Le 12 décembre 2008, suite aux réponses à l'appel d'offre concernant la modernisation des Y7100, SOCOFER et VOITH se voient attribuer le marché.

 

La réalisation de deux engins de pré série et des 20 premiers engins modernisés seront à la charge de SOCOFER/VOITH. Ils porteront les numéros allant de 9001 à 9022. Les 2 engins tenant lieu de présérie sont issues de deux locotracteurs (1 Y7100 et 1 Y7400) numérotés  Y7180 et Y7584. La livrée extérieure ainsi que la peinture intérieure et la décoration seront réalisées par SOCOFER.

 

S’en suivront la livraison, par ces derniers, de kits permettant à QM de poursuivre dans ses murs la modernisation des machines suivantes (à partir de la 9023)

 

Au Technicentre de Rouen Quatre Mares, il est prévu alors de moderniser 30 machines par an. De nombreux échanges auront lieu entre SOCOFER, la SNCF et QM au cours des premiers mois de l'année 2009 afin de peaufiner les détails. Les études techniques et d’industrialisation complémentaires seront menées à cette fin.

 

Ce n’est qu’en mars 2010 que débutera le montage des prototypes chez SOCOFER. C’est à cette époque que la présentation d’une cabine réelle sera faite aux clients INFRA et à ses conducteurs.

 

La sortie du premier prototype a lieu le 1er mai 2010 et le second le 1er juillet suivant.  Le cadencement des suivants est prévu à 1 par mois pendant les 6 premiers mois puis à 2 par mois.

....

(à suivre..)

 

 

 

 

La réorganisation des services

 

Le découpage des activités à l'intérieur de l'établissement est revu. De nouvelles appellations sont données aux différents services.

 

 

LA PRODUCTION

 

L’Unité Opérationnelle Locomotive

  • Démonte et remonte des organes en caisse

  • Entretien des circuits électriques et pneumatique

  • Contrôle le fonctionnement avant remise en service

  • Repeint entièrement les locomotives aux couleurs des nouvelles livrées FRET et Grandes Lignes

  • Assure les travaux de chaudronnerie et de soudure sur les structures

  • Assure la maintenance des bogies et leurs constituants

  • Fabrique et répare des pièces en résine polyester de gros volume.

L’Atelier Logistique Environnement

  • Assure la logistique des pièces et des locomotives de tous les secteurs.

  • Supervise l’entreprise de nettoyage et met en place les actions permettant le respect des normes environnementales.

L’Unité Opérationnelle Pièces Réparables Matériel

  • Répare les essieux de toutes les locomotives.

En 2006, le Technicentre de Rouen Quatre Mares a remporté un appel d'offres européen lancé par Eurotunnel pour la maintenance et la réparation d'environ 750 essieux porteurs par an, sur 3 ans.

  • Entretient les moteurs diesels et leurs éléments constitutifs.

  • Teste les moteurs thermiques sur banc d'essai.

  • Entretient les groupes réfrigérants et les pavillons.

  • Effectue l'ensemble des travaux d'usinage.

 

 

LE POLE INGÉNIERIE

Les Missions

  • Définir et faire évoluer les règles de maintenance.

  • Mettre en œuvre et étudier des évolutions techniques.

  • Suivre le comportement des moteurs thermiques locomotives, locotracteurs et du matériel automoteur.

  • Accompagner les mises en service des séries nouvelles ou rénovées.

L’organisation

  • 1 Entité «THERMIQUE»

Dirigée par un Ingénieur Composant Clé (ICC) elle a la responsabilité, sur la base d'une analyse Qualité Coût Délai Sécurité (QCDS), d'étudier les évolutions techniques, la fiabilisation et les règles de maintenance des moteurs thermiques et ses organes rattachés sur l'ensemble des matériels roulants.

 

  • 1 Entité «ORGANISME/GROUPE D'ÉTUDES»

Elle a la responsabilité des études relatives aux règles de maintenance (conception et évolutions) dans le cadre d'une convention avec le Technicentre d'Oullins.

 

  • 1 Entité «ÉTUDES TECHNIQUES»

Elle a la responsabilité des études d'évolution technique et de fiabilisation des matériels, des évolutions relatives aux définitions de produits (référentiel RNAS) et tâches associées (archivage des dessins, reprographie), dans le cadre d'une convention avec le Technicentre d'Oullins.

 

  • 1 Entité «SOUTIEN LOGISTIQUE»

Au sein de cette cellule, des chefs de projets locaux ont pour responsabilité l'accompagnement des mises en service des séries rénovées ou nouvelles et l'initialisation du soutien logistique de ces matériels.

 

  • 1 Entité «PROJETS/ETUDES» concernant les Installations et Outillages

Elle conçoit et suit la réalisation des projets d'aménagement dans l'établissement et assure le rôle de maîtrise d'œuvre Etudes en Installations et Outillages.

 

  • 1 Entité «INFORMATIQUE»

Celle-ci gère un réseau informatique local d'environ 300 microordinateurs.

 

Le pôle Approvisionnements & Achats

Ce service gère les besoins internes d'approvisionnement mais aussi ceux des établissements de maintenance intervenant sur notre parc de locomotives tant pour les pièces réparables (PR) que pour les pièces consommables (PC).

 

La réception et les expéditions de ces pièces sont aussi assurées par ce service ainsi que toutes les démarches commerciales liées aux achats locaux et à la sous-traitance.

 

Suite à la mise en place de l'ERP People Soft, le service Approvisionnements gère 3 BU (Business Unit).

  • BU IN (Inventory) : Plus connue sous le nom de BU Utilisatrice, elle reprend toutes les références d'articles nécessaires aux opérations de maintenance de l'établissement.

  • BU REP (Réparatrice): Reprend toutes les références de Pièces Réparables Matériel (PRM) réparées sur le site du Technicentre de Rouen Quatre Mares et les constituants d'Ordre de Modification (0M) nécessaires à l'établissement.

  • BU AD (Amont Délocalisé) : Reprend les références pour lesquelles le Technicentre de Rouen Quatre Mares est mono utilisateur et les pièces anciennement AS1 ne pouvant être stockées à la plateforme.

 

Le pôle Qualité / Sécurité / Environnement

 

L'établissement poursuit une démarche d'assurance qualité.

Le pôle Qualité/Sécurité/Environnement anime la démarche sur l'ensemble de l'établissement.

 

Cet engagement a été récompensé par l'obtention de plusieurs diplômes :

  • La qualification Sécurité en décembre 2005.

  • L'AQF-M Essieux, obtenue en septembre 2005 et renouvelée en 2007.

  • L'AQF-M Bogies et Freins, obtenues en septembre 2005 et renouvelées en 2008.

  • La certification AFAQ ISO 9001 renouvelée en janvier 2008.

  • La certification AFAQ ISO 14001 en juin 2008.

 

Le Technicentre de Rouen Quatre Mares s'est engagé, depuis 2006, dans une démarche environnementale avec pour objectif :

  • la mise en conformité réglementaire du site.

  • la mise en conformité du rejet des eaux industrielles.

 

L'amélioration de la gestion opérationnelle de l'environnement a permis au Technicentre d'obtenir la certification ISO 14 001 en juin 2008 et ainsi pérenniser cette démarche d'amélioration continue au quotidien.


retour en haut de la page

retour au sommaire

 

©GAQM2012